Le journal de bord de la campagne en Papouasie-Nouvelle-Guinée

  

 

Voici un résumé des différents articles présents sur le journal de bord de l'expédition. Vous pouvez accéder à l'article en entier en cliquant sur l'image ou sur le titre, et commenter en bas de page.

 

Vous pouvez également retrouver le blog dans son intégralité en cliquant ici.

 

Dessin du voyage pour Nago

© Thierry Magniez - MNHN - PNI - IRD / expédition Kavieng

Voyage pour Nago

Le MNHN en Nouvelle Irlande.

Après un voyage de 35 heures en avion, bus et bateau, les 26 chercheurs se sont installés sur l’île de Nago en face de Kavieng. Les premières collectes sont en cours.

De jolies découvertes arrivent...

Dessin de précédentes collectes à Madang

© Mali Moir - MNHN - PNI / expédition Madang

Nouveau départ en expédition...


Le Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN), Pro-Natura International (PNI), l’Institut de recherche pour le développement (IRD) et leurs partenaires scientifiques papous organisent, en 2014, trois campagnes d’exploration de la biodiversité marine en Papouasie-Nouvelle-Guinée, véritable point chaud de la biodiversité mondiale.

Mangrove de la baie de Balgai

© Thierry Magniez - MNHN - PNI - IRD / expédition Kavieng

Collecte de mollusques en mangrove

Trouver un endroit pour pénétrer dans la mangrove n'est pas facile. Nous découvrons un chenal de marée, un couloir où le courant limite la croissance de la végétation. Grâce aux racines qui quadrillent littéralement la surface de l'épaisse couche de vase, il est possible d'avancer sur ces multiples ponts végétaux.

Arrivée des enfants à Kavieng

© Thierry Magniez - MNHN - PNI - IRD / expédition Kavieng

Le school-boat

Chaque matin à 7 h 30, le school-boat part de l'île de Nago où nous nous trouvons. Le chauffeur du Banana-boat attend et les enfant embarquent petit à petit...La traversée est rapide, en 5 minutes les enfants seront au port de Kavieng. Des habitants de l'île profitent de ce passage pour se rendre en ville, passer au marché, aller au travail...

Le PNGExplorer arrive sur l'île de Nago

© Thierry Magniez - MNHN - PNI - IRD / expédition Kavieng

Départ d'une partie de l'équipe sur le PNGExplorer

Le PNGExplorer accoste à Nago à 8 h, le matériel nécessaire aux collectes est déjà sur le quai d’embarquement : équipement de plongée, paniers de brossage, suceuse, bocaux, éthanol, sacs plastiques, cordage, filets, glacières, bacs plastiques de toutes tailles, drague, matériel photographique, GPS…

Le laboratoire de terrain

© Thierry Magniez - MNHN - PNI - IRD / expédition Kavieng

La petite installation de l’expédition en Nouvelle-Irlande

Tous les ingrédients sont là pour réussir une bonne expédition : la structure d’accueil bien adaptée, le matériel, les spécialistes des bestioles collectées, les collecteurs dotés de bon nez, les cuisinières locales talentueuses, un chef d’expédition au mieux de sa forme, mais surtout un lagon et une mangrove riches.

 

Pteromaja maklayi

© MNHN - PNI - IRD / expédition Madang

La publication d'une nouvelle espèce découverte lors de l'expédition Madang

En mai 2014, une nouvelle espèce collectée lors de l’expédition à Madang a été décrite et publiée. Cette nouvelle espèce fait même partie d’un nouveau genre. Pteromaja maklayi est un petit crabe vivant entre 6 et 50 m de profondeur sur les tombants du récif de corail. Les algues et les bryozoaires rouges qui le recouvrent, lui assurent un parfait camouflage dans son milieu.

Discussions avec le chef de l'île de Limonak

© Thierry Magniez - MNHN - PNI - IRD / expédition Kavieng

Les collectes côtières

Une fois sur le terrain, il faut user de différentes méthodes afin de collecter efficacement et de façon représentative, les êtres vivants d’un environnement. Dans le cadre de notre expédition, nous nous intéressons à la « biodiversité négligée », c’est-à-dire les taxons d’êtres vivants de petites tailles, d’intérêts économiques et esthétiques n’ayant pas souvent attirés l’attention sur eux.

Collecte à vue en plongée durant la nuit

© Thierry Magniez - MNHN - PNI - IRD / expédition Kavieng

Les collectes en bateau

La zone de prospection de l’expédition Kavieng comprenant de multiples milieux de vie, il faut utiliser le bateau afin d’accéder aux milieux plus profonds ou trop éloignés du laboratoire.

Avec plusieurs plongées par jour, entre 2 et 40 mètres de profondeur, la dizaine de plongeurs collecteurs réalise les collectes de différentes manières.

Rinçage du premier tamis

© Thierry Magniez - MNHN - PNI - IRD / expédition Kavieng

L'aire de tamisage

Une fois les collectes terminées, elles sont rapportées sur l’île de Nago où nous sommes installés. Les collectes résultant de brossage, de dragage ou de suceuse passent par l’aire de tamisage : sur le ponton de l’île, l’équipe a installé sa station de tri rapide en fonction de la taille.

Une partie de l'équipe de l'expédition Kavieng

© Thierry Magniez - MNHN - PNI - IRD / expédition Kavieng

Une équipe très efficace

Cette équipe est une chaîne de travail complexe où chaque personne occupe une place stratégique.

Afin de pouvoir accomplir cette mission d’inventaire en un temps record, les personnes de l’équipe doivent être le plus polyvalentes possible.

Capture des petits spécimens avec la pince fine sous loupe binoculaire

© Thierry Magniez - MNHN - PNI - IRD / expédition Kavieng

Le tri au laboratoire

Pour les récoltes qui passent par la station de tamisage, l’arrivée au laboratoire de terrain se fait sous forme de 4 fractions différentes : Les très grosses, les grosses, les petites et les très petites. Ces fractions sont déposées dans différents bacs sur une grande table avec à chaque fois le numéro de la station de collecte. Maintenant que les particules ont été séparées selon leurs tailles, il faut réaliser un tri à vue afin de ne garder que ce qui nous intéresse.

 

 

 

Last modified: Monday, 21 January 2019, 3:16 PM