Les chiens de prairies qui vivent notemment dans les plaines venteuse d'Amerique du Nord creusent des galeries à deux entrées d'une quinzaine de mètres de long et une profondeur maximum de 3m. Il n'est pas difficle de calculer que si l'oxygène devait arriver seulement par diffusion dans le fond de la galerie, le chien de prairie s'asphixierait. Une ventilation forcée est necessaire.

de nombreux observateurs ont mentionné que l'animal maintenait activement la différence de géométrie entre les deux entrées. Des tests sur le terrain avec un générateur de fumée ont mis en evidence la présence d'un courant d'air au dessus des entrees même lorsque la brise est à peine perceptible.

Ci dessous le shema d'une habitation de chien des prairies. La largeur du tunnel y est exagérée. Elle mesure en fait moins de 1% de sa longueur.


Cette construction rappelle fortement le principe du tube de Venturi

venturi tube


explicitons un peu l'analogie:

Last modified: Wednesday, 4 February 2015, 12:59 PM