Estimation de l’âge




A. Lemonnier et S. de Reguardati, enseignantes de sciences physiques et chimiques






Mise en garde préalable :


Les différentes méthodes présentées ici ne constituent pas une liste exhaustive et sont parfois choisis pour leurs utilisations pédagogiques possibles. La totalité d’un squelette apporte des données informatives, nous détaillerons davantage les méthodes réalisées à partir de crânes. C'est souvent la combinaison des différentes méthodes qui apporte la meilleur estimation.
Cette discipline continue d’évoluer, Quelques soit les méthodes utilisées, elle nécessite des données statistiques populationnelles. Les nouvelles technologies d’imagerie permettent de réaliser de nouvelles études sur des échantillons de population de plus en plus importants, rendant ainsi ces méthodes de plus en plus précises.



Il n’existe pas de marqueur biologique unique qui puisse être utilisé à tout âge, le sexe et les origines géographiques ayant également une incidence sur la détermination de l’âge. Les méthodes d’estimation de l’âge au décès sont différentes suivant l’âge de l’individu.


Estimation de l’âge d’individus par l’odontologie

Estimation de l’âge d’individus par l’ostéologie




Estimation de l’âge d’individus par l’odontologie

Estimation de l’âge d’individus juvéniles

Les dents se développent et sortent de la gencive en suivant un schéma temporel, permettant une estimation de l’âge. L’observation de l’émergence des dents définitives en place ou terminant leur formation en dessous des dents déciduales permet ainsi d’évaluer l’âge d’un individu juvénile. Ce schéma temporel est représenté ci-dessous par la Méthode de Anderson, Thomson et Popovitch.



denture deciduale1 denture permanente


Méthode de Anderson,Thomson et Popovitch



Dans les exemples suivant, on peut comparer les radiographiques panoramiques dentaire et les stades de développement théoriques :

Exemple1 : Sur la radiographie panoramique ci-dessous on observe l’éruption en cours de la deuxième molaire et la non éruption de la troisième molaire.
Par la méthode d’Anderson on est bien dans le schéma correspondant à 12 ans + ou – 6mois.

radio 11ans

Radiographie panoramique d’un enfant de 11 ans et demi


Exemple 2 : Sur la radiographie panoramique ci-dessous on observe l’éruption en cours de la troisième molaire.
Par la méthode d’Anderson on est bien dans le schéma correspondant à 12 ans + ou – 6 mois.



radio 15ans

Radiographie panoramique d’un enfant de 15 ans


Cette méthode présente des limites à partir de 15 ans à cause de la grande variabilité d’émergence de la troisième molaire selon les individus.



Estimation de l’âge d’individus adultes


Différentes méthodes existent pour estimer l’âge d’un adulte à partir du vieillissement et de l’usure de l’organe dentaire.
L’organe dentaire comprend l’étude de la dentine qui est la substance majoritaire constituant la dent.
Elle est recouverte par de l’émail dentaire au niveau de la couronne dentaire et par du cément au niveau de la racine dentaire.

La méthode de Gustafson (1947) illustre différents critères retenus sur l’usure dentaire:


• Usure des dents touchant l’émail, la dentine puis la pulpe.
• État du parodonte : (Le parodonte : du grec, para : autour de, et odontos : dent.)
• Apposition de dentine secondaire dans la cavité pulpaire
• Apposition cémentaire : Le cément est un tissu minéralisé à la surface de la racine des dents, il recouvre la dentine radiculaire. L’épaisseur de ce cément augmente au cours du vieillissement.
• Résorption radiculaire
• Transparence radiculaire

coupe dent



chronologie du vieillissement dentaire:

1 L'usure (= A) A0 = absence d'usure A1 = début d'usure de l'émail A2 = usure nette de l'émail A3 = l'usure atteint la cavité pulpaire
2 La formation de dentine secondaire (= S) S0 = absence de dentine secondaire S1 = début de formation de dentine secondaire dans la partie supérieure de la cavité pulpaire S2 = la cavité pulpaire est à moitié remplie S3 = la cavité pulpaire est complètement (ou presque) remplie de dentine secondaire
3 La périodontose (= P) P0 = absence de périodontose P1 = périodontose débutante P2 = périodontose le long du premier tiers de la racine P3 = la périodontose a envahi plus de 2/3 de la racine
4 Le dépôt accru de cément (= C) C0 = couche normale de cément C1 = couche un peu plus épaisse que la normale C2 = couche épaisse de ciment C3 = couche très épaisse de cément
5 La résorption de la racine (= R) R0 = absence de résorption visible de la racine R1 = résorption de la racine uniquement par petits endroits isolés R2 = perte considérable de substance R3 = zones étendues de cément et de dentine impliquées
6 La transparence de la racine (= T) T0 = aucune transparence T1 = début de transparence
7 L'oblitération du canal radiculaire T2 = transparence du tiers apical de la racine T3 = transparence des 2/3 apicaux de la racine
Pendant le développement de la dent, la largeur de ce canal est en proportion directe de l'âge de la personne. Ce fait constitue donc un facteur absolu pour la détermination de l'âge d'enfants, mais n'intervient pas pour celui de personnes plus âgées ou adultes





La technique Gustafson consiste alors à faire la somme de la cotation attribuée à chacun des 6 caractères retenus, sachant que la cote [1] équivaut à 4.56 ans et qu'il faut ajouter à ce chiffre, 12 ans, correspondant à la durée de la vie infantile. A titre d'exemple de calcul de l'âge,

1. A0 + P0 + S0 + C0 + R0 + T0 = 0 points = 12 ans [(0) +12]
2. A2 + P1 + S2 + C1 + R1 + T1 = 8 points = 49 ans [(8 x 4.65) +12]
3. A3 + P2 + S2 + C2 + R0 + T2 = 11 points = 67 ans [(11 x 4.65) +12]

La parodontolyse est un critère relativement difficile à apprécier. La perte d'attache gingivale a pour cause initiale, le plus souvent, l'accumulation de plaque bactérienne. Le défaut d'hygiène est un facteur important de l'accumulation de la plaque. Les parodontologistes modernes ont montré que chez un sujet ayant une hygiène dentaire parfaite, il n'existe pas ou peu de perte d'attache. Ainsi, des erreurs par sous-estimation sont possibles chez le sujet à très bon niveau d'hygiène dentaire.


méthode
(en savoir plus: Jousset, N., Franco, A., Gard, C., Penneau, M., Rougé-Maillart, Cl., 2006, Détermination de l’âge des adultes en postmortem: intérêt de l’utilisation des critères de Gustafson. Antropo, 11, 271-277. www.didac.ehu.es/antropo)



Estimation de l’âge d’individus par l’ostéologie


A partir de la croissance des os

À la naissance, nos os sont principalement composés de cartilage souple, et au fur et à mesure que nous grandissons, ce cartilage est remplacé par de l’os solide . Les enfants disposent de plus de 300 centres d’ossification qui, par leur fusion, vont finir par former les 206 os du squelette adulte. Ces points d’ossification croissent et se fusionnent selon un schéma temporel que l’on connaît, il est alors possible de déterminer, à partir de leur observation, l’âge de l’enfant étudié.
Différents endroits sont étudiés à différents âges comme la croissance des os du poignet, la croissance des os longs.
Chaque ossement est constitué d'un "long tube" (appelé diaphyse) et de deux extrémités comportant les surfaces articulaires (les épiphyses). Lorsque la croissance est achevée ces trois éléments se soudent pour former un seul est même os, il s'agit de l'épiphysation.
Cette méthode permet seulement une estimation car la variabilité est aussi importante selon le sexe et selon l’individu.

Sur la radiographie ci-dessous on voit l'épiphysation non réalisée sur un humérus d'enfant.

radio épaule

Radiographie de l’ épaule gauche d’un enfant de 12 ans.





A partir de la fusion des sutures du crâne



L’architecture osseuse complexe de la face et du crâne résiste particulièrement bien aux chocs et au temps. L’étude d’un crâne peut apporter de nombreuses informations pour déterminer un profil biologique.
Les paramètres liés à l’âge et au sexe, sont des données biologiques soumis à une extrême variabilité à différents niveaux : en effet il existe une variabilité intra-populationnelle et populationnelle.
A la naissance, les os du crâne sont séparés par des structures conjonctives fibreuses bien visibles, représentant les sutures. Les principales restent visibles pendant toute l’enfance (2-3mm) .La prise en compte de l’état de fermeture des sutures crânienne ou synostose est une méthode classique d’estimation classique de l’âge au décès.
Ci-dessous, Les principales fontanelles et sutures d’un enfant de deux ans sous différentes prises de vues:



profil dessus



face derrière
Photo © S.de Reguardati/ Galerie d’anatomie comparée/MNHN




• numéro 1 : La fontanelle antérieure, losangique, se ferme en général vers l'âge de 18 mois.
• numéro 5 : La fontanelle postérieure, de forme triangulaire se ferme vers l'âge de 2 mois.
• numéro 2 : Suture coronale entre os frontal et os pariétaux.
• numéro 3 : Suture sagittale entre les os pariétaux.
• numéro 6 : Suture lambdoïde entre les os pariétaux et l'écaille de l'occipital.
• numéro 7 : Sutures temporo-pariétales.
• numéro 6 : Suture mendosale peut être visible pendant les premières semaines de vie uniquement; elle s'étend vers l'arrière au sein de l'écaille occipitale.
• numéro 4 : Suture métopique, médiale, au niveau de l'os frontal, se ferme entre 2 et 3 ans.



L’ossification de la base du crâne s'effectue par l'intermédiaire de structures cartilagineuses séparées par des synchondroses sphéno-occipitale.
A la naissance, le sphénoïde n'est que partiellement ossifié comme le montre la photo ci-dessous .L’ossification débute à l’âge de 17 ans et se termine vers 20 ans.


sphénoide
Photo © S.de Reguardati/ Galerie d’anatomie comparée/MNHN

Crâne d’un enfant de 2 ans et demi



La photo ci-dessous représente un adolescent. L’ossification n’est pas réalisée mais l’on constate un début d’apparition de la troisième molaire.



adolescent
Photo © S.de Reguardati/ Galerie d’anatomie comparée/MNHN

Crâne d’un adolescent



La modification des sutures du crâne chez l’adulte : La prise en compte de l'état de fermeture (= synostose) des sutures crâniennes est une méthode classique d'estimation de l'âge au décès :
La méthode de Meindl et Lovejoy présentée ici est basée sur l’examen des sutures crâniennes en différents points de 1 à 10 (figure 1)

numero suture
Figure 1


L’observateur choisit un des 4 stades de fermeture de la suture et attribue un numéro selon l’état de la suture (figure 2)


sutures


4 synostose sans traces visibles



3 suture floue



2 synostose avec traces bien visibles



1 début de synostose



0 suture ouverte
Figure 2



A partir de phénomènes dégénératifs de certaines surfaces articulaires


Les phénomènes dégénératifs de certaines surfaces articulaires dont notamment la symphyse pubienne sont très informatifs.
Cette articulation se trouve sur la partie avant du bassin, à la jointure entre les deux os iliaques. Elle est très sujette à détérioration et subit des changements tout au long de la vie.
La méthode de « Suchey – Brooks » consiste à l’observation globale des modifications morphologiques de la symphyse pubienne liées à l'âge.


sacrum

Photo © S.de Reguardati/ Galerie d’anatomie comparée/MNHN


suchey

Système Suchey - Brooks
d'après Buikstra et Ubelaker, 1994 in Steckel et al (2005), p.23









Last modified: Wednesday, 4 February 2015, 12:59 PM