Les restes sont-ils osseux ?


Annabelle Lemonnier et Sophie de Reguardati, enseignantes de sciences physiques et chimiques

Télécharger ce document au format PDF




La première étape de l’anthropologue lors de la découverte d’ossements est de déterminer s’il s’agit bien d’os et s’ils sont humains. Il existe de nombreux objets qui peuvent être confondus avec l'os au premier coup d’œil comme des fragments de céramique, de plastique, de pierre etc... d'autant plus lorsqu'ils sont recouverts de terre ou tout autre substance.
L'anthropologue commence donc son travail par nettoyer les échantillons qui lui ont été confiés pour les identifier avec le recours au microscope le cas échéant. Aussi il doit avoir une bonne connaissance de la structure physique et chimique des os ainsi que l'organisation ostéologique d'un être humain.


Qu'est-ce que l'os ?
Identification des os d’un squelette humain



Qu'est-ce que l'os ?


Composition

Le tissu osseux contient à la fois des constituants organiques et des constituants inorganiques dans les proportions un tiers, deux tiers.

Les constituants organiques :

Les constituants organiques principaux des os sont les cellules, les ostéoblastes, les ostéocytes et les ostéoclastes.
Ces derniers sont principalement composés de différentes protéines sécrétées par les ostéoblastes, on distingue : les protéines fibreuses (80% de collagène), qui offrent à l’os une structure solide et flexible et les protéines globulaires qui participent à la minéralisation de l’os.

Les constituants inorganiques :

La partie minérale est principalement formée de phosphate de calcium que l’on nomme hydroxyapatites de formule : Ca5 (PO4 )3 OH.
Son organisation autour des fibres de collagène se fait sous forme de cristaux serrés les uns sur les autres. Ces matériaux offrent à l’os sa résistance.
L’os contient également du potassium, du magnésium et du sodium, en plus de certains métaux lourds et/ou éléments radioactifs qui peuvent s’y retrouver si l’individu a été en contact avec ces éléments au cours de sa vie.


Dans la proposition d’activité suivante, Chimie de l’os, à l’aide de petites expériences, l’élève met en évidence la constitution minérale et organique d’un os de poulet.



Les différentes fonctions de l’os

  • C’est la charpente du corps, il permet le mouvement : Il doit résister à la gravité ainsi qu'aux muscles qui y sont attachés pour permettre le mouvement.
  • Il protège les organes vitaux : l’encéphale, la moelle épinière, le cœur et les poumons sont protégés par ces structures osseuses rigides.
  • Il est une réserve de minéraux essentiels : l’os est un tissu calcifié richement vascularisé. Tout au long de la vie, le tissu osseux se forme et se renouvelle. Ce sont les ostéoblastes et les ostéoclastes qui jouent ce rôle. Notre corps utilise les réserves de nos os comme le calcium et le phosphore, dont nos cellules ont besoin pour fonctionner. Son architecture est modifiée de façon continuelle. Les os sont désagrégés par certaines enzymes, et les minéraux sont remis dans la circulation sanguine sous forme d’ions pour alimenter les organes.
Les hormones et la vitamine D jouent un rôle important dans le développement osseux. Les os se développent au cours de la vie embryonnaire, pendant l'enfance et l'adolescence. C'est l'hormone de croissance qui favorise le développement osseux. A la puberté, les hormones sexuelles (testostérone chez le garçon, et oestrogènes chez la fille) stimulent la croissance de l'os. Chez l'adulte, l'os est remanié sous l'action conjointe des ostéoblastes et des ostéoclastes. L'équilibre entre les effets antagonistes de ces deux types de cellules détermine la croissance ou la destruction de l'os.
La moelle osseuse produit les globules rouges : Appelée la moelle osseuse rouge , elle produit chaque jour 350 milliards de cellules sanguines (200 milliards de globules rouges, 100 milliards de plaquettes et 50 milliards de globules blancs). A la naissance, la quasi-totalité des cavités osseuses est constituée de moelle rouge. A partir de 4 ans, elle régresse progressivement au profit de la moelle graisseuse. Chez l’adulte la moelle rouge n’est présente que dans certains os : côtes, vertèbres, crête iliaque, extrémités de l’humérus et du fémur.
Comme l’os est un minéral, il se conserve particulièrement bien après la mort. (Il peut également se préserver sous la forme de fossiles). Il constitue un enregistrement de ce que nous avons vécu au cours de notre vie.


Identification des os du squelette humain


fouille








Modèle en plâtre d'un squelette, que l'on croit être celui d'une femme romaine,
trouvé en 1828 à Arentsbourg, (près de La Haye), sur l'emplacement du forum Hadriani.

D’autres moulages ont été réalisés pour différents musées, Pays-Bas, Londres, Dresde, Vienne et Berlin. Le Musée archéologique national de Leyde (Rijksmuseum van Oudheden) aux Pays-Bas possède le bracelet et la fibule en cuivre attaché à ce squelette.

Lorsqu’en 2002 ce musée décida de présenter ce moulage pour une exposition, ils firent appel à la seule institution à l’avoir conservé, le Muséum National d’Histoire Naturel de Paris , ceux de tous les autres musées ayant disparu
Photo © P.Mennecier / collections anthropologiques , MNHN-HA-24913

Modèle en plâtre d'un squelette d’une femme romaine





L’organisation spatiale du squelette des mammifères est identique, colonne vertébrale, crâne membres etc… C’est la taille, la forme et la façon dont ils sont reliés entre eux qui permet de déterminer s’ils sont ou non humain.
Lors d’une découverte les os ne sont pas toujours placés dans la bonne position comme dans l’image ci-dessus.
Lors d’une découverte de restes humains, l’anthropologue doit donc en premier placer les restes en position anatomique et faire l’inventaire de chaque os du squelette. Il pourra ainsi tenter de reconstituer l’individu.





squelette

Le squelette (du grec skeletós, « desséché ») est constitué de 206 os




Crâne 22 os


Colonne Vertébrale 26 os


Cage Thoracique 26
os


Bras et Omoplates 64


Jambes et Bassin 62
os


Osselets de l’Oreille 6
os


Photo © S. de Reguardati / galerie d'anatomie comparée / MNHN



Last modified: Wednesday, 4 February 2015, 12:59 PM