La Nouvelle-Calédonie : un bon exemple pour illustrer les différentes échelles de la biodiversité

 

Niveau secondaire

 

 

Introduction

La Nouvelle-Calédonie est un très bon exemple pour illustrer les trois échelles de la biodiversité.

La Nouvelle-Calédonie est un ensemble d’îles situées dans l’océan Pacifique au large de l’Australie. La Grande Terre, est longue d’environ 500 km et large d’environ 60 km.

Cet archipel présente une large diversité d’environnement et donc d’espèces. De plus, la biodiversité de la Nouvelle-Calédonie est marquée par un fort taux d’endémisme : près de sept espèces de plantes vasculaires sur dix sont endémiques.

 

Exemples d’espèces endémiques de la Nouvelle-Calédonie : le cagou (Rhynochetos jubatus), l’oiseau emblèmatique de la Nouvelle-Calédonie ; Rhacodactylus leachianus la plus grande espèce de Gecko au monde ; Cyathea intermedia une des plus grandes fougères au monde

 

 

Aller directement à :

 

 

La biodiversité à l'échelle des écosystèmes : diversité des milieux de vie

La Nouvelle-Calédonie offre une grande diversité d’écosystèmes terrestres et marins :

- 5 grands écosystèmes terrestres 

- les lagons et les récifs coralliens

- les grands fonds au large de la barrière de corail

Figure 1 : Carte en vue satellite de Nouvelle-Calédonie, et les deux grands milieux marins.

Tout autour de la grande île se trouvent des platiers et des barrières de corail qui permettent la présence de lagons © Google

Figure 2 : Carte simplifiée des différents écosystèmes terrestres de Nouvelle-Calédonie. © La biodiversité de la Nouvelle-Calédonie - La Maison de la Nouvelle-Calédonie en collaboration avec l’IRD

Figure 3 : Carte du cumul annuel des précipitations de 2010. (simplifiée d’après le bulletin annuel climatique 2010, météo France Nouvelle-Calédonie)

Données à mettre en relation avec la répartition des écosystèmes terrestres © svt.ac-dijon

 

Voici des photos et quelques commentaires pour illustrer certains de ces écosystèmes :

Illustration de l'écosystème

Caractéristiques de l'écosystème

Figure 4 : Mangrove à marée basse côte ouest (Pindaï, Nouvelle-Calédonie)  © E.trinquet - Koumac 2018 / MNHN

(lien vers la photothèque)

Mangrove (littoral tropical)

 

Sol essentiellement constitué d’argiles et de limons (forte rétention d’eau)

 

Sol anoxique (très pauvre en dioxygène) caractérisé par une couleur sombre ; Forte activité de décomposition de matière organique par les bactéries

 

Sol fréquemment immergé par l’eau de mer ; Souvent mélange d’eau de mer et d’eau douce (eau saumâtre)

 

79% du territoire à l’ouest contre 14% à l’est

Figure 5 : Mangrove à marée basse côte ouest (Pindaï, Nouvelle-Calédonie)  © E.Trinquet - Koumac 2018 / MNHN

(lien vers la photothèque)

 

Figure 6 : Fougères arborescentes Cyathea intermedia des forêts humides  © Province Sud

(lien vers la photothèque)

Forêt humide

 

Milieu végétal dense ;

 

Humidité relative moyenne au sol : 85%

 

Luminosité moyenne au sol : 30%

 

Température moyenne : 20°C

             

Figure 7 : Platier corallien à marée basse de la passe de Koumac  © E. Trinquet - Koumac 2018 / MNHN

(lien vers la photothèque)

Platier corallien dans le lagon

 

Faible profondeur d’eau (jusqu’à 5m)

 

Présence de lumière ; Température de l’eau variant 22°C à 29°C tout au long de l’année ;

 

La lumière peut pénétrer dans les eaux claires (à 40 m de profondeur on retrouve près de 50% de luminosité).

 

Salinité moyenne de l’eau : 18,9 g/l de Cl- (environ 35‰)

Figure 8 : Fond d'un lagon près de la barrière extérieure au large de Koumac  © E. Trinquet - Koumac 2018 / MNHN

(lien vers la photothèque)

               

Figure 9 : Ancienne mine de chrome de Tiebaghi  © E. Trinquet - Koumac 2018 / MNHN

(lien vers la photothèque)

Maquis minier

 

Sol constitué de latérite (altération de la péridotite) 

Roche qui peut être riche en chrome et en nickel.

 

Habitat sec et rocailleux

Figure 10 : Image satellite de Tiebaghi  © Google

(lien vers la photothèque)

 

 

La biodiversité à l'échelle d'un écosystème : diversité des espèces dans un milieu de vie

Ici nous traitons 3 des exemples cités précédemment.

L’objectif est d’illustrer la diversité des espèces au sein des écosystèmes et entre écosystèmes.

Pour pouvoir avoir un point de comparaison, la forêt de Fontainebleau (Ile de France) est mise en parallèle.

 

Ecosystème

Mangrove

Maquis minier

Lagon

Fontainebleau

Superficie totale en Nouvelle-Calédonie

Environ 300 km2

Environ 4000 km2

4500 km2

172 km2

Diversité spécifique

190 espèces (tous règnes confondus)

Environ 1 150 espèces végétales vasculaires

 

Nombreux oiseaux, reptiles et insectes

Il existerait plus de

15 000 espèces animales (dont 350 espèces de coraux,

5 500 espèces de mollusques,

5 000 espèces de crustacés)

Environ

11 600 espèces tous règnes confondus (dont environ 6 000 espèces animales et 1 800 espèces végétales)

Végétaux dominants et/ou présentant des caractéristiques spécifiques liées au milieu

Rhizophora: palétuvier possédant des racines aériennes (pneumatophores) adaptées au manque de dioxygène, couvert de lenticelles. Ces racines aériennes limitent l’érosion et jouent un rôle de filtre

Pycnandra acuminata : concentration de plus de 20 % de nickel dans le latex de cet arbre, dénommé « arbre à nickel» ou « sève bleue » en raison de la couleur bleu vert du latex qui s’écoule des entailles faites sur l’écorce.

Plus de 50 espèces d’espèces hyperaccumulatrices de nickel recensées

-

Chênes, Hêtres, Pin sylvestre

Pourcentage d’endémisme

10 espèces sur les 190 sont endémiques

soit 5,27 %

88% des espèces végétales sont endémiques.

Présence de micro endémisme

Exemple Polyscias munzingeri espèce endémique du massif de Tiebaghi menacée par les exploitations minières

 

5 %

Quasi - nulle

 

 

La biodiversité à l'échelle d'une espèce : diversité génétique au sein d'une même espèce

Dans le milieu marin côtier et plus particulièrement dans le lagon Nord de la Nouvelle-Calédonie, la richesse spécifique au sein des groupes de mollusques et de crustacés est forte.

Voici quelques exemples d’organismes observés lors de l’expédition Koumac 2018 qui illustrent la diversité génétique au sein de différentes espèces observées lors de l’expédition.

 

Diversité illustrée en photographies

Figure 11 : Diversité intraspécifique Lucilina lamellosa, mollusques polyplacophores (chiton)  © E. Trinquet - Koumac 2018 / MNHN

 

Figure 12 : Diversité intraspécifique Mitra mitra, mollusques gastéropodes  © E. Trinquet - Koumac 2018 / MNHN

 

Figure 13 : Diversité intraspécifique Lioconcha castrensis, mollusques gastéropodes  © E. Trinquet - Koumac 2018 / MNHN

 

Diversité illustrée par des données génétiques

Ci-dessous des portions de séquences d’un gène comparé chez différents individus de la famille des Cancellaridae.

Ind1 à Ind5 appartiennent à la même espèce ; Ind6 est un individu d’une espèce différente.

Figure 14 : A l'échelle d'une portion de séquence d'un gène les différences sont minimes mais déjà visibles.

 

Vous pouvez télécharger le fichier pdf de cette comparaison de séquence sur ce lien.

Vous pouvez également télécharger les fichiers textes pour produire des séquences sur Anagène sur ce lien. Pour ajouter ces séquences au logiciel Anagène suivre les étapes 2 à 4 de la page access ens-lyon

 

Sources

  • La biodiversité de la Nouvelle-Calédonie, maison de la Nouvelle-Calédonie et IRD, 2016
  • Les forêts françaises..., Daniel Vallauri, Nevroumande
  • Ecologie en Nouvelle-Calédonie, 1987
  • oeil.nc
  • biodiversite.nc
  • access ens-lyon

 

 

 

Last modified: Friday, 18 January 2019, 11:46 AM