Approcher et étudier la diversité des habitats marins côtiers de Martinique en classe

étudier la diversité des habitats marins côtiers de Martinique

 

 

Cette ressource est organisée en plusieurs volets :

- un article sur les approches permettant d'étudier les habitats marins

- une fiche ressource référençant, par niveau, le travail réalisable en classe autour des habitats

- un lot de fiches "habitats marins côtiers de Martinique" pouvant servir de support aux activités mises en œuvre autour de la notion d'habitat.

 

 

La diversité des habitats de la Martinique se résume à trois grands ensembles : la mangrove, l’herbier et le récif corallien.

 

Figure 1 : Répartition des habitats en Martinique   © Philippe Bastin et cartemartinique.com 1

 

Hormis la mangrove, qui est un écosystème très particulier et dont la définition en Martinique est simple, les espaces attribués aux herbiers et aux récifs regroupent, dans la réalité, des habitats multiples, dont la structuration varie en fonction de la nature du substrat, des communautés qui les occupent, et des perturbations qu’ils subissent.

De plus, d’autres habitats existent, parfois moins spectaculaires visuellement, comme les fonds sableux nus. Pourtant ces habitats abritent également un grand nombre d’espèces tout aussi intéressantes que celles des herbiers ou des récifs.

Sur la mission Madibenthos, en plus de l’inventaire des espèces et de leur conditionnement pour l’analyse moléculaire, est mené un travail de caractérisation des habitats naturels. L’objectif est d’affiner la connaissance des habitats présents afin que leur gestion et leur préservation soient plus éclairées dans le futur.

 

Qu’est-ce qu’un habitat 2?

Un habitat naturel est communément défini comme une unité naturelle, bien identifiable, essentiellement caractérisée par sa végétation, son climat, son exposition, son altitude/sa profondeur, sa géologie (nature du sous-sol), sa pédologie (nature du sol). Parfois, des activités humaines spécifiques sont associées à un habitat, ce qui participe à la structuration de celui-ci.

Un habitat naturel est un concept qui se définit par :

- un espace géographique,

- des facteurs environnementaux : climat, substrat

- des facteurs biotiques : communauté spécifique associée.

Un habitat naturel est un espace relativement homogène par ses conditions écologiques, par sa végétation, hébergeant une certaine faune, avec des espèces ayant tout ou partie de leurs activités vitales sur cet espace.

Dans la réalité, les limites d'un habitat peuvent être diffuses, avec des chevauchements observables entre deux habitats proches géographiquement.

 

Comment étudie-t-on la répartition des habitats et leur organisation ?

En 2010, dans le cadre d’une étude menée sur la valeur économique totale des récifs coralliens, mangroves et herbiers de la Martinique, une étude plus détaillée des habitats marins côtiers de Martinique a été réalisée3.

Les  mesures ont été réalisées grâce à un sondeur acoustique. Ce sondeur envoie un signal acoustique au fond de l’eau et enregistre le retour des ondes sonores. En fonction du retour du signal, des informations peuvent être obtenues sur la nature du fond sondé : s’il est dur ou meuble, rugueux ou non. Les données récoltées sont ensuite interprétées en termes d’habitats : un fond meuble et rugueux correspond par exemple à un fond sableux occupé par des herbiers.

Les résultats de cette étude ont conduit à la mise au point d’une carte présentant la répartition des grands types d’habitats autour de la Martinique.

 

Figure 2 : Cartographie des biocénoses benthiques du littoral de la Martinique pour la zone côtière de 0 à 50m. Années 2006-2008.   © Hélène Legrand 4

 

Cette méthode permet d’avoir une vision globale de la diversité des écosystèmes, ce qui fournit une base de travail plus précise aux décideurs locaux, mais elle a des limites.

  • La présence des communautés sont extrapolées à partir d’informations limitées et peuvent recouvrir en réalité plusieurs habitats différents.
  • La détermination des communautés est complexe et nécessite des simplifications : par exemple la présence des biocénoses « communauté corallienne » et « communauté de spongiaires et gorgonaires » laisse entendre que ce sont deux ensembles distincts exclusifs ; or dans la réalité, les choses sont plus complexes : les communautés coralliennes sont généralement mixtes, pouvant également être composées de nombreuses d’éponges ou d’algues structurant l’habitat.
  • Les informations issues de la campagne de prospection ne sont pas systématiquement vérifiées par une plongée ce qui induit une marge d’erreur non négligeable : l’information est globale donc grossière.

 

Qu’apporte l’expédition Madibenthos sur la connaissance des habitats marins côtiers de la Martinique ?

Sur l’expédition Madibenthos, Guillaume Dirberg qui travaille au MNHN dans l’UMR BOREA (Biologie des Organismes et Ecosystèmes Aquatiques) s’occupe du référencement et de la caractérisation des habitats. (voir le post du carnet de bord de l'expédition A chacun son milieu)

Tous les soirs, il interviewe les plongeurs et récupère leurs prises de vues sous-marines afin de caractériser le plus finement possible les stations qui ont été explorées dans la journée. Son référencement lui permet de décrire plus finement la diversité des habitats : il y a par exemple plusieurs types d’herbiers, plusieurs types de communautés de coraux et éponges ou de communautés algales.