Littérature, histoire, sociologie, ethnologie

Les plantes médicinales malgaches et leurs utilisations : des tradipraticiens à l'industrie pharmaceutique

Approche croisée SVT - Chimie - Ethnologie

Niveau Lycée

      

Catharanthus roseus [Photo Xavier Aubriot, 2009 | © MNHN]

   

Objectifs

Comprendre l'importance des plantes dans la pharmacopée traditionnelle.
Découvrir trois plantes d'un intérêt pharmaceutique important.
Comprendre les mécanismes d'action des principes actifs.

   

Contexte

Madagascar, surnommée "l'île rouge", se situe dans l'Océan Indien entre les 12ème et 25ème dégrès de latitude, au sud de l'Afrique.
La grande île possède une variété de reliefs et de climats qui, en se combinant, donnent lieu à d'innombrables niches écologiques.
La majorité de la population malgache, en particulier dans les zones enclavées, a recours à la médecine traditionnelle. Selon l'OMS, cela représente 70% de la population. Depuis 2007, les tradipraticiens peuvent exercer librement leur métier, ils sont reconnus au même titre que la médecine conventionnelle.
Les tradipraticiens prennent en compte les rêves, la divination et des rituels spécifiques pour déterminer les causes et le traitement de la maladie ; par conséquent, les préparations de plantes ne constituent qu'une partie de la pharmacopée traditionnelle. Nous nous situons donc à priori, à l'opposé d'une démarche scientifique rationnelle. Ce n'est qu'après la seconde guerre mondiale, que la science s'intéressera au savoir traditionnel des praticiens malgaches.
La pharmacopée traditionnelle utilise de nombreuses plantes : pour certaines d'entre elles, les études chimiques ont confirmé les propriétés avancées par les tradipraticiens et pour d'autres, ces études ont permis la découverte d'activités jusque là insoupçonnées.

  

Télécharger la fiche en pdf
Télécharger le dossier zippé avec la fiche et les photos