Print bookPrint book

Dossier sur le bonobo

 

Ce dossier propose un ensemble de ressources pédagogiques autour des bonobos. Une exploitation possible de ces ressources en classe y est proposée dans le cadre du programme de SVT du lycée.

Site: Plateforme pédagogique du Muséum national d'Histoire naturelle
Course: Autour des expositions et des lieux du Muséum
Book: Dossier sur le bonobo
Printed by: Guest user
Date: Tuesday, 12 November 2019, 12:27 AM

Présentation

Ce dossier a été élaboré depuis le travail de Frédérique Théry, enseignante de SVT. Il propose un ensemble de ressources pédagogiques autour des bonobos. Une exploitation possible de ces ressources en classe y est proposée dans le cadre du programme de SVT du lycée.

Les différents chapitres du dossier sont accessibles par la table des matières à gauche de l'écran ou en suivant les liens en haut ou bas de page.

Télécharger le dossier original en pdf.

Bonobo, biodiversité et activités humaines

Niveau Seconde
Lien avec le programme La biodiversité se modifie au cours du temps sous l'effet de nombreux facteurs, dont l'activité humaine
Exploitation possible Montrer à partir de l'exemple du bonobo que les activités humaines influencent la biodiversité

Les bonobos et leur habitat

Le bonobo, un grand Primate du bassin du Congo

Le bonobo ou Pan paniscus est une espèce endémique à la seule République Démocratique du Congo (RDC, ancien Congo Belge puis Zaïre, souvent appelée “Congo–Kinshasa” pour la différencier du “Congo–Brazzaville” voisin). Il vit au plus profond de la forêt du bassin du Congo, dans une zone de forêt marécageuse située entre le fleuve Congo au nord et les rivières Kasaï et Sankuru au sud.
Le bassin du Congo couvre la deuxième forêt tropicale humide de la planète. Grande comme cinq fois la France, la RDC compte environ 86 millions d’hectares de forêt équatoriale, la moitié de son territoire. Elle abrite une biodiversité importante, avec des espèces de faune et de flore rares et des plus diversifiées – gorilles, éléphants des forêts, okapis et bonobos sont parmi les espèces les plus emblématiques. La forêt congolaise est une ressource vitale, tant pour l’environnement que pour les populations locales. Près de 40 millions de congolais dépendent d’elle pour pourvoir à leurs besoins. Une forêt partiellement classée au patrimoine de l’UNESCO et qui joue un rôle essentiel dans l’équilibre de la planète.

L'influence des activités humaines sur les populations de bonobo

Estimée à environ 100 000 individus dans les années 1980, la population de bonobos ne compterait actuellement plus que 10 000 à 20 000 individus à l’état sauvage. La diminution dramatique de l’effectif des bonobos a de multiples causes, découlant toutes des activités humaines. L’habitat des bonobos, longtemps préservé grâce à l’inaccessibilité de la forêt tropicale, est désormais en train de disparaître en raison de la déforestation massive. Le braconnage alimente par ailleurs le trafic illégal de viande de brousse : les bonobos adultes sont tués, puis leur viande est fumée (viande dite boucanée) et vendue sur les marchés, alors que les plus jeunes bonobos, trop petits pour être mangés, sont revendus comme animaux de compagnie. Cette situation est la conséquence de l’expansion démographique du pays, qui compte désormais 68 millions d’habitants, de la pauvreté, ainsi que d’une décennie de conflits armés violents en RDC. Les populations fuyant les combats, à la recherche de nourriture pour survivre, consomment désormais les bonobos, en dépit des tabous ancestraux protégeant cette espèce. La présence de soldats armés, souvent mal payés, incite quant à elle à la chasse et au trafic d’espèces protégées.
Les bonobos sont pourtant protégés par les lois congolaises ainsi que par la CITES, la convention qui régule le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction. A l’instar des rhinocéros, gorilles et chimpanzés, les bonobos figurent sur l’annexe 1 de la CITES, ce qui en interdit tout commerce. Ces réglementations sont malheureusement peu respectées, malgré les nombreuses saisies d’animaux par les autorités et les progrès dans la sensibilisation des populations autochtones.

Enjeux économiques, sociaux et culturels de la préservation des bonobos

« Le bonobo, qui vit exclusivement en République Démocratique du Congo, est considéré, comme tous les grands singes de la planète, comme en grand danger de disparition. Son principal prédateur est l’humain ! Les raisons sont diverses : expansion démographie incontrôlée, déforestation anarchique, utilisation des terres pour l’agriculture, pauvreté, manque d’éducation, trafic de viande de brousse, etc. Il y a pourtant bien des raisons de favoriser la cohabitation entre le bonobo et l’homme, tant sur le plan culturel, écologique que social.

Le bonobo est un symbole culturel traditionnel. La culture des peuples de cette forêt nous rapporte des légendes anciennes véhiculant le respect mutuel et la coexistence.

Aujourd’hui, socialement et économiquement, avoir des bonobos dans la forêt offre aux populations riveraines l’opportunité d’améliorer leurs conditions de vie. A travers l’encadrement des organisations paysannes par les ONG de conservation et leurs partenaires, les ménages bénéficient d’appui dans des projets en agriculture, élevage et pisciculture. De plus, ils leur permettent d’accéder aux services sociaux de base et à un emploi.

Il est crucial d’informer les populations de l’importance écologique de ce jardinier de leur forêt : le bonobo favorise les nouvelles repousses en disséminant à la ronde les grosses graines prédigérées des grands arbres à feuilles et à fruits, hôtes aussi des chenilles, une de leurs grandes sources de protéines. Sans eux, on sait que ces graines n’auraient pas le même pouvoir de germination et surtout se retrouveraient sous l’arbre et sa couverture ombragée avec peu de chance de survie. Au fil du temps, ces arbres disparaîtront. Le reboisement et l’agroforesterie assurés par le bonobo induisent l’accroissement des stocks de carbone, ce qui contribue à l’atténuation des conséquences néfastes du réchauffement climatique.

La protection des lambeaux forestiers permettra d’offrir un habitat plus propice à l’homme, la faune et la flore. Tout est lié sur notre Terre ! »

Claudine André, fondatrice du sanctuaire Lola Ya Bonobo (RDC).

[Pour aller plus loin]

Bonobo et relations de parenté au sein des Primates

Niveaux 1ère ES/L - Terminale S
Liens avec les programmes

1ère ES/L: L'étude comparée des pigments rétiniens permet de placer l'Homme parmi les Primates

Terminale S: Homme et Chimpanzé partagent un ancêtre commun récent

Exploitation possible Préciser les liens de parenté entre l'homme, le bonobo et le chimpanzé, au sein des grands Primates.

Reconstituer les liens de parenté des Primates avec des données morpho-anatomiques : Activité avec le logiciel Phylogène

Dans le logiciel Phylogène :

  • Choisir la collection Archontes (Primates)
  • Choisir l’activité « construire » afin de construire une matrice de caractères :
    • Choisir les espèces : bonobo, chimpanzé, gorille, homme, macaque, orang-outan, toupaïe (extra-groupe).
    • Choisir les caractères : appendice nasal, narines, orbites, pouce, queue, terminaison des doigts.
  • Compléter la matrice de caractères, puis polariser les caractères.
  • Construire l’arbre phylogénétique cohérent avec la matrice de caractères.
  • Placer sur l’arbre obtenu les innovations évolutives, le dernier ancêtre commun à tous les Primates, l’ancêtre commun des Hominoïdes (groupe d’espèces partageant le caractère dérivé « présence d’un coccyx »), ainsi que l’ancêtre commun au bonobo, au chimpanzé et à l’homme. Préciser une importante limite de cet arbre, au regard de la phylogénie des Primates.

Matrice de caractère attendue:

Arbre phylogénétique attendu:

Reconstituer les liens de parenté des grands Primates avec des données moléculaires : activité avec le logiciel Phylogène

Afin de préciser la place de l'Homme au sein des grands Primates (Hominoïdes), on utilise des données moléculaires.

Dans Phylogène :

  • Choisir l’activité « étude moléculaire », puis le fichier : COX2-Primates.aln. La séquence protéique de COX2 (une sous-unité de la cytochrome oxydase, une enzyme indispensable à la respiration cellulaire chez les êtres vivants) pour différents primates s’affiche.
  • Afficher une matrice des distances en nombre d’acides aminés différents (ou en pourcentages de différences) pour le bonobo, le chimpanzé, le gorille, l’homme, le macaque et l’orang-outan.
  • Construire l’arbre phylogénétique correspondant.

Matrice des distances attendue (en nombre d’acides aminés différents) :

Arbre phylogénétique attendu :

Le séquençage du génome du bonobo

« Une équipe internationale conduite par Kay Prüfer, de l’Institut Max Planck d’anthropologie de Leipzig, en Allemagne, a séquencé le génome d’Ulindi, une femelle bonobo du zoo de Leipzig. Les résultats montrent que le génome du bonobo (Pan paniscus) présente 1,3 pour cent de différence avec celui de l’homme. En 2005, les généticiens avaient montré que le chimpanzé était l’animal le plus proche de l’homme, la différence entre leurs génomes étant estimée à 1,3 pour cent. Il faut désormais considérer le bonobo comme aussi proche de l’homme que le chimpanzé. De surcroît, le génome du bonobo est très similaire à celui du chimpanzé (99,6 pour cent d’homologie).
Les analyses génétiques effectuées permettent de mieux comprendre l’histoire évolutive de l’homme, du bonobo et du chimpanzé. L’homme aurait divergé des deux autres primates il y a entre cinq et sept millions d’années. Les chimpanzés et les bonobos se seraient eux-mêmes séparés il y a deux millions d’années, peut-être lors de la formation du fleuve Congo. » [Source]

Activité : Utiliser le fichier de données moléculaires Opsine-Bleu-Primates.aln sur Phylogène.

Matrice des distances obtenue par comparaison de la séquence protéique de l'opsine bleue chez différents primates :

Arbre phylogénétique correspondant :

Bonobo, concept d'espèce et spéciation

Niveau Terminale S
Lien avec le programme La diversité du vivant est en partie décrite comme une diversité d'espèces.
La définition de l'espèce est délicate et peut reposer sur des critères variés qui permettent d'apprécier le caractère plus ou moins distinct de deux populations (critères phénotypiques, interfécondité, etc.). Le concept d'espèce s'est modifié au cours de l'histoire de la biologie.
Une espèce peut être considérée comme une population d'individus suffisamment isolés génétiquement des autres populations. Une population d'individus identifiée comme constituant une espèce n'est définie que durant un laps de temps fini.
On dit qu'une espèce disparaît si l'ensemble des individus concernés disparaît ou cesse d'être isolé génétiquement. Une espèce supplémentaire est définie si un nouvel ensemble s'individualise
Exploitation possible justifier la pertinence de considérer le bonobo et le chimpanzé comme deux espèces distinctes, puis proposer un mécanisme expliquant pourquoi ces deux espèces géographiquement proches ne peuvent pas se reproduire entre elles.

r

"L'invention" du Bonobo

Dernier grand primate à avoir été identifié, le bonobo a d’abord été décrit comme une sous-espèce du chimpanzé : Pan satyrus paniscus, par le zoologiste berlinois Ernst Schwarz, en 1929. En 1933, l’américain Harold Jefferson Coolidge, expert en primatologie, affirme cependant que les différences entre les deux sous-espèces sont si importantes que les bonobos constituent une espèce à part entière. Le bonobo (bien qu’aussi appelé chimpanzé pygmée ou chimpanzé nain) est aujourd’hui considéré par la plupart des scientifiques comme une espèce distincte du chimpanzé.

Bonobos et chimpanzés : quelques généralités

Morphologie

bonobo

chimpanzé

Quelques caractéristiques biologiques des bonobos et chimpanzés

Comparaison morphologique du bonobo et du chimpanzé

« Un bonobo est aussi différent d’un chimpanzé qu’un Concorde d’un Boeing 747. Même les chimpanzés concèderaient que le bonobo a plus de classe. Un corps gracieux et élégant, des mains de pianiste et une tête relativement petite, le bonobo a le visage plus aplati, plus ouvert, et le front plus haut que le chimpanzé. La face est noire, soulignée de lèvres roses, d’oreilles délicates et de larges narines. Les femelles ont des seins ; moins proéminents que dans notre espèce, mais des bonnets A sans conteste comparés à l’aspect de planche à pain des autres singes. S’y ajoute enfin un style capillaire qui caractérise le bonobo : des cheveux longs et noirs, nettement partagés par une raie au milieu.
Mais les deux singes se démarquent essentiellement par les proportions du corps. Grosse tête, nuque épaisse et larges épaules, les chimpanzés donnent l’impression de lever des haltères tous les jours dans un club de gym. Les bonobos, eux, se signalent par une apparence plus intellectuelle, avec un thorax mince, une carrure étroite, et un cou délié. Une grande partie de leur poids se répartit dans leurs jambes, plus longues que celles du chimpanzé. De sorte que, dans la marche à quatre pattes, ce dernier, prenant appui sur les articulations des doigts, a le dos courbé à partir de ses épaules puissantes, alors que celui du bonobo reste presque à l’horizontale en raison de la hauteur de ses hanches. Lorsqu’il se tient debout  ou quand il marche, le bonobo paraît plus droit que le chimpanzé, ce qui lui donne une posture humaine pour le moins dérangeante. (…).
Le bonobo fait partie des derniers grands mammifères découverts par la science. La rencontre date de 1929 et se produisit non pas dans un habitat africain luxuriant, mais dans un zoo colonial belge, à la suite de l’examen d’un petit crâne qu’on croyait être celui d’un jeune chimpanzé. Cependant, chez les animaux immatures, les sutures des os du crâne sont habituellement indépendantes. Or, là, elles étaient soudées. Concluant que le crâne était sans doute celui d’un chimpanzé adulte pourvu d’une tête plus petite que la normale, Ernst Schwartz, un anatomiste allemand, annonça qu’il était tombé par hasard sur une sous-espèce encore inconnue. Les différences anatomiques furent vite jugées suffisamment importantes pour élever le bonobo au rang d’espèce entièrement nouvelle : Pan paniscus. » D’après : Frans de Waal, Le singe en nous, Fayard/Pluriel, 2011.

L'histoire évolutive du bonobo et du chimpanzé

Répartition géographique des populations de chimpanzés et de bonobos en Afrique

Les bonobos habitent exclusivement dans les forêts tropicales humides de République Démocratique du Congo. Ils occupent un territoire délimité au nord et à l’ouest par le fleuve Congo et la rivière Lukenie, à l’est par la rivière Lualaba, et au sud par la rivière Kasaï/Sankuru. Dans la mesure où les grands singes ne savent pas nager, le fleuve Congo sépare complètement les bonobos des populations de chimpanzés et de gorilles vivant au nord de ce fleuve.
Les chimpanzés sont quant à eux rencontrés dans 21 pays africains, de l’ouest à l’est de l’Afrique, au niveau de la zone équatoriale. Ils vivent essentiellement dans la forêt tropicale (humide ou sèche), mais s’aventurent parfois dans la savane.
Séparées par le fleuve Congo, les populations de bonobos et de chimpanzés n’ont pas connu au cours de leur histoire évolutive les mêmes conditions environnementales. En particulier, au sud de ce fleuve, les populations de bonobos n’ont pas connu de compétition avec les gorilles, absents de la région, contrairement aux populations de chimpanzés vivant au nord.

[Modifié d’après : K. Prüfer et al., « The bonobo genome compared with the chimpanzee and human genomes », Nature, 486, 527-531.]

L’importance du fleuve Congo dans l’histoire évolutive des bonobos et des chimpanzés.


« Grâce à ‘l’horloge moléculaire’ – façon d’estimer la date de divergence entre 2 lignées à partir des écarts entre leur ADN –, les 0,4 % de différence entre le génome du bonobo et celui du chimpanzé tendent à confirmer l’hypothèse selon laquelle la formation du fleuve Congo, à partir de -2 Ma environ, a amorcé la séparation des 2 populations.
« À partir des différences observées entre les génomes, on peut estimer quand le dernier ancêtre commun entre espèces vivait. Et pour les chimpanzés et les bonobos, ça pourrait être il y a 1 Ma. Il semble que ça a été une séparation très nette », explique Kay Prufer, l’un des chercheurs, lesquels n’ont pas trouvé d’indice significatif d’hybridation entre les 2 espèces depuis cette séparation. » [Source]

Les relations de parenté au sein des grands Primates.

Les séquences génomiques du bonobo et du chimpanzé sont identiques à 99,6 %.

Etablissement des liens de parenté entre les grands Primates à partir d’études moléculaires.

La cytochrome oxydase est une enzyme indispensable à la respiration cellulaire chez les êtres vivants. La comparaison des séquences protéiques d’une de ses sous-unités (COX2) pour différents grands Primates a permis d’obtenir la matrice des distances suivantes :

Les chiffres indiquent le nombre d'acides aminés différents dans la séquence protéique de COX2.

Cette matrice des distances permet de construire l'arbre phylogénétique suivant :

Les chiffres indiquent en millions d'années l'âge estimé de divergence entre les espèces.

[Pour aller plus loin]

Etude de la dispersion des graines par les bonobos

Niveau Terminale S
Lien avec le programme La dispersion des graines est nécessaire à la survie et à la dispersion de la descendance. Elle repose souvent sur une collaboration animal disséminateur/plante produit d'une coévolution.
Exploitation possible Montrer qu’il existe une collaboration entre les bonobos et les plantes à fleurs, et préciser les caractéristiques de cette collaboration. Conclure en indiquant les conséquences que la disparition des bonobos entraînerait sur les écosystèmes des forêts tropicales.

Les bonobos sont une espèce de grand primate vivant exclusivement en République Démocratique du Congo. Il ne resterait qu’entre 10 000 et 20 000 représentants de cette espèce, menacée en raison des activités humaines. On cherche dans cette activité à comprendre l’importance du bonobo pour la reproduction des plantes à fleurs.

De 70 % à plus de 90 % des espèces de plantes à fruits dépendent des animaux pour la dispersion des graines. Parmi les frugivores, les mammifères de large taille sont considérés comme des disperseurs principaux de graines en raison de : la diversité de leur régime (dizaines à centaines d'espèces), des grandes quantités de graines dispersées, de leurs capacités d'alimentation sur de grands fruits ou de grandes graines. C’est le cas des espèces de grands singes frugivores d’Afrique tropicale (chimpanzé, bonobo et gorille). Les documents suivants présentent les résultats d’une étude de la dispersion de graines par des bonobos dans une forêt tropicale humide du bassin du Congo (site de recherche de LuiKotale).

Le régime alimentaire des bonobos

Plus de 50 % du régime du bonobo est composé de fruits, caractérisant le bonobo comme un important frugivore. Les bonobos passent environ 3,5 heures par jour à avaler des graines qui sont transportées dans leur intestin pendant 24 heures en moyenne. A LuiKotale, les chercheurs ont observé 133 espèces de plantes dont les fruits sont consommés par les bonobos. Parmi ces plantes, 91 sont ingérées avec les graines. Ces plantes « bonobo-dispersées » représentent 40 % des espèces d’arbres ou 65 % des arbres en tant qu’individus.

Le graphique suivant représente la part des différents types d’aliments ingérés par les bonobos lors des sessions d’alimentation observées sur le site de LuiKotale : frugivorie avec dispersion des graines (les fruits sont ingérés avec les graines : on parle d’endozoochorie), frugivorie sans dispersion des graines (les fruits sont ingérés sans les graines, qui sont recrachées), herbivorie (ingestion de feuilles, de végétation herbacée terrestre, de fleurs, de tiges et d’écorce), granivorie (ingestion de graines), faunivorie (écureuils, singes : Procolobus tholloni, poussins, etc.), ingestion d’autres aliments (miel, sol de termite, session de creusement dans le sol pour des truffes et probablement des larves d'insectes, etc.)



Distance de dispersion des graines par les bonobos

Les bonobos dispersent les graines sur de longues distances, avec 93,3 % des dispersions de graines à plus de 100 m. La distance moyenne de dispersion à l’arbre est d’environ 1200 m.

Germination des graines ingérées par les bonobos

Après dispersion, les graines passées dans le tube digestif ont une plus grande survie (97 %) que les graines non passées par le tube digestif d’un bonobo.

Diversité et abondance des arbres dispersés par des bonobos

Proportion des espèces d’arbres (noir) et du nombre d’arbres étudiés (blanc) dont les graines sont dispersées par les bonobos (la zoochorie implique la dispersion de graine sans transport interne dans le tube digestif, contrairement à l’endozoochorie).

Bonobos et dispersion des fruits à grosses graines

« Pan paniscus est le plus grand primate de son aire de répartition et le second plus grand frugivore après l’éléphant de forêt. Bien que les plantes à fruits peuvent être dispersées par de nombreux frugivores comme des calaos, les singes, les ongulés et les chiroptères, les vecteurs de dispersion des fruits à grosses graines sont plus rares. Ceci implique une certaine dépendance de ces plantes aux frugivores de grande taille comme les bonobos et que ces derniers doivent influer significativement les processus de régénération de ces plantes. Les grands singes sont aussi spécialisés dans une certaine catégorie de graines de par leurs grandes tailles. (…). Dans les forêts Afrotropicales, les oiseaux et les primates se nourrissent dans des strates différentes de la canopée et présentent donc un faible recouvrement d’espèces qu’ils dispersent. En l’absence de redondance fonctionnelle, la disparition des bonobos signifierait la disparition d’irremplaçables services écologiques. Les stratégies de conservation de la forêt du Congo doivent inclure la conservation des espèces clefs qui dispersent les graines, comme les bonobos. »

[source]

Textes et graphiques :

D’après : D. Beaune et al., « Les services écologiques des bonobos (Pan paniscus) », Revue de Primatologie, 5, 2013.


La fabrication et l'utilisation d'outils chez le bonobo

Niveau Terminale S
Lien avec le programme Chez les vertébrés, le développement de comportements nouveaux, transmis d'une génération à l'autre par voie non génétique, est aussi source de diversité : chants d'oiseaux, utilisation d'outils, etc.
Production d'outils complexes et variété des pratiques culturelles sont associées au genre Homo, mais de façon non exclusive.
Exploitation possible A partir des connaissances acquises en classe et du document suivant, construire un tableau comparatif de l’utilisation d’outils chez l’Homme, le chimpanzé et le bonobo.

« Il est parfaitement reconnu que les chimpanzés à l’état sauvage fabriquent des outils, avec une variation culturelle de leur utilisation parmi les populations à travers l’Afrique. Chez les bonobos, les comportements associés aux outils sont observés dans les populations sauvages, mais ils sont rares et moins sophistiqués que ceux observés chez les chimpanzés. Cette différence peut s’expliquer par le fait que les bonobos habitent un environnement moins difficile que les chimpanzés, ne requérant pas l’usage d’armes, ou peut simplement découler du manque général d’études sur cette espèce, par comparaison avec les chimpanzés. Toutefois, en captivité, la fabrication et l’utilisation d’outils par les bonobos  ont tous deux été bien décrits. Kanzi et Pan-Banisha, un mâle et une femelle ayant fait l’objet d’une large attention pour leurs capacités de langage, ont vécu dans l’environnement stimulant du Great Ape Trust (Iowa, Etats-Unis) depuis 2005. Ils peuvent allumer un feu avec un briquet, cuisiner un repas, rôtir de la guimauve et accomplir d’autres tâches impressionnantes. Ils ont la capacité basique de fabriquer des outils de pierre par percussion directe au percuteur dur*, afin de produire des écailles et fragments utilisables, et ils peuvent améliorer leurs techniques. Leur production et utilisation d’outils pour récupérer de la nourriture témoigne de compétences technologiques semblables à celles d’Homo.
Les résultats les plus récents suggèrent que les bonobos ont le même répertoire en captivité, et les mêmes capacités d’utilisation d’outils, que les chimpanzés. Les bonobos, comme les chimpanzés, utilisent des outils moins spectaculaires à des fins sociales, de jeu ou de confort (nettoyage avec des feuilles spécifiques, utilisation de feuilles comme parapluie contre la pluie), alors que les chimpanzés utilisent aussi des techniques d’outils impressionnantes qui ont été documentées dans le contexte de tâches difficiles d’acquisition de nourriture. Un autre point remarquable est qu’à l’instar des chimpanzés, les femelles bonobos sont plus enclines à utiliser des outils que les mâles. Dans la mesure où les bonobos captifs et sauvages partagent les mêmes capacités cognitives requises pour l’utilisation d’outils, on peut s’attendre à ce qu’un tel comportement se produise également chez les bonobos sauvages. »

* Un percuteur dur désigne un outil de pierre servant à frapper un bloc de pierre afin d’en détacher des éclats.

D’après : D. Beaune, « Latest news from the bonobos: Pan paniscus myths and realities », Revue de primatologie, 4 │2012

Utilisation d'outils chez le bonobo en captivité

Des chercheurs du Great Ape Trust (Iowa, Etats-Unis) ont mis au défi deux bonobos (Kanzi et sa compagne Pan Banisha) de récupérer de la nourriture scellée dans un rondin de bois.

Un bonobo cassant des noix avec une pierre (Sanctuaire Lola Ya Bonobo, RDC) :

Bonobo, chimpanzé et genre Homo

Niveau Terminale S
Lien avec le programme Le genre Homo regroupe l'Homme actuel et quelques fossiles qui se caractérisent notamment par une face réduite, un dimorphisme sexuel peu marqué sur le squelette, un style de bipédie avec trou occipital avancé et aptitude à la course à pied, une mandibule parabolique, etc.

« L'université d'état de Wayne, à Détroit (Etats-Unis) a analysé les 97 gènes fonctionnels de l'homme et du chimpanzé. La coïncidence entre les deux génomes est de 99.4 %. Devant tant de ressemblances ils ont proposé de classer les Pan troglodytes et les Pan paniscus dans le genre Homo. Pour mémoire, actuellement, l'Homo sapiens est l'unique représentant du genre. »
D’après : LeMonde.fr, 28/11/2003.
Exploitation possible discuter à partir de considérations anatomiques la pertinence de distinguer le genre Pan (regroupant les chimpanzés et bonobo) du genre Homo.

L'importance de la bipédie chez les différentes espèces de grands primates

Tableau comparatif de la bipédie chez les grands singes et l'homme

Répertoires locomoteurs chez les hominidés

Observation de la bipédie chez le bonobo

Comparaison du bassin

Comparaison des crânes

Comparaison de mâchoires

L'importance de la bipédie chez les différentes espèces de grands Primates

« La quadrupédie spécialisée des chimpanzés et des gorilles comme la marche des orangs-outans laissent peu de place à la bipédie. Cependant, des observations récentes incitent à reconsidérer cette question. Les gibbons une fois au sol, ce qui est rare, sont bipèdes. Les orangs-outans, aux mœurs peu terrestres, sont très rarement bipèdes. Les gorilles, aux mœurs très terrestres, sont peu bipèdes, sauf quand ils menacent en frappant la poitrine de leurs poings. Les chimpanzés sont plus éclectiques. Ils sont bipèdes en se déplaçant les pieds sur des grosses branches et en se tenant à l’aide d’un bras saisissant une banche plus élevée. Au sol, ils sont bipèdes lors de déplacements menaçants et pour effectuer des gesticulations intimidantes, ce qui est très fréquent chez les mâles, mais observé aussi chez les femelles. Plus intéressant, ils marchent debout lorsqu’ils transportent des bâtons ou certaines nourritures. Parfois, quand le sol est boueux ou offre un contact désagréable, ils déambulent sur deux jambes. La bipédie fait partie de leur répertoire locomoteur, même si elle intervient dans à peine 5 % de leurs déplacements. Ils ne sont évidemment pas adaptés à la bipédie, mais leur répertoire locomoteur offre cette possibilité.
Connus et observés depuis peu de temps, les bonobos ne cessent de nous surprendre. Plus arboricoles que les autres chimpanzés, ils ont une morphologie plus longiligne (…). Ils sont donc d’excellents acrobates, se suspendent, pratiquent la brachiation (déplacement par alternance des mouvements des bras). Au sol, ils utilisent aussi le « marcher sur les phalanges » et très volontiers la bipédie. Ils se révèlent beaucoup plus bipèdes que tous les autres grands singes connus et, en raison de leur morphologie longiligne qui rappelle celle de l’homme, suscitent des ressemblances étonnantes. Quant à l’homme, il se distingue comme un bipède exclusif qui conserve de belles aptitudes pour la suspension. » [Source]

L'homme n'est pas le seul Hominidé bipède. Le répertoire locomoteur du chimpanzé et celui du bonobo possèdent une certaine part de bipédie. Cependant, l'homme est le seul à avoir une bipédie exclusive.

Tableau comparatif des usages de la bipédie chez les grands singes et l'homme

Passez la souris sur les numéros pour voir les commentaires associés

>

[Pour aller plus loin]
http://acces.ens-lyon.fr/biotic/evolut/homme/html/bipedie.htm
http://acces.ens-lyon.fr/biotic/evolut/homme/html/histevol.htm
F. Druelle et G. Berillon, "Tous bipèdes! Nos cousins les grands singes, Dossier Pour la Science, n°86.

Observation de la bipédie chez le bonobo

Répertoires locomoteurs des hominidés

Ces chiffres proviennent d’observations sur le terrain (sauf pour A. afarensis), et sont très variables. L’homme est un bipède très spécialisé qui a sacrifié les autres modes de locomotion. En ce qui concerne le grimper, cela dépend du milieu et des activités économiques (collecte de fruits dans des milieux forestiers tropicaux), mais cela reste très marginal. Les variations sont plus marquées chez les chimpanzés. Ceux des forêts tropicales se suspendent plus et marchent moins à terre que ceux des savanes arborées. Les bonobos sont à la fois les plus arboricoles et les plus bipèdes des grands singes. Quant aux gorilles des montagnes, les mâles vont très peu dans les arbres alors que les femelles, bien moins corpulentes, s’y réfugient plus souvent. Les gorilles de plaine se révèlent plus arboricoles.

Comparaison d'un bassin de bonobo, de chimpanzé, d'homme et d'Australopithecus afarensis


[Source schéma]

Comparaison des crânes



Comparaison de mâchoires inférieures





 
 Bonobo  Homme
 Chimpanzé

Le comportement sexuel chez les Bonobos

Niveau 1ère ES - 1ère L
Lien avec le programme

Le comportement sexuel chez les Mammifères est contrôlé, entre autres, par les hormones et le système de récompense.

Au cours de l’évolution, l’influence hormonale dans le contrôle du comportement de reproduction diminue, et corrélativement le système de récompense devient prépondérant dans la sexualité de l’Homme et plus généralement des primates hominoïdes.

Exploitation possible Préciser le lien entre ovulation et comportement sexuel chez le bonobo.

Évolution des organes génitaux externes chez la femelle bonobo.

Les organes génitaux externes des femelles bonobos (lèvres et clitoris formant la vulve) gonflent périodiquement pour former des tumescences génitales, qui atteignent la taille d’un ballon, ce qui indique un état de réceptivité sexuelle.

Tumescences génitales chez une femelle bonobo (Sanctuaire Lola Ya Bonobo, RDC - © Lola Ya Bonobo).

Tumescences génitales et ovulation au cours d’un cycle sexuel.

Le graphique ci-dessous représente le moment de l’ovulation (jour 0) et la période de gonflement maximal de la vulve chez des femelles bonobos. Chaque barre horizontale représente la période de gonflement maximal pour une femelle (le nom de chaque femelle est indiqué par trois lettres à gauche du graphique). La zone hachurée représente la phase de fertilité.
Chez le bonobo, le cycle menstruel dure en moyenne 45 jours, et la période de gonflement couvre 75 % du cycle.


D’après : K.E. Reichert et al., « What females tells males about their reproductive status: are morphological and behavioural cues reliable signals of ovulation in bonobos (Pan paniscus)? »

[Pour aller plus loin]

B. Fruth, « Un pouvoir au féminin », Nos cousins les grands singes, Dossier Pour la Science, n° 86.

Niveau 1ère ES - 1ère L - 1ère S
Lien avec le programme 1ère ES/L :

Le comportement sexuel chez les Mammifères est contrôlé, entre autres, par les hormones et le système de récompense.

Au cours de l’évolution, l’influence hormonale dans le contrôle du comportement de reproduction diminue, et corrélativement le système de récompense devient prépondérant dans la sexualité de l’Homme et plus généralement des primates hominoïdes.

1ère S :

L’activité sexuelle est associée au plaisir. Le plaisir repose notamment sur des phénomènes biologiques, en particulier l’activation dans le cerveau des « systèmes de récompense ».

Exploitation possible Expliquer l’importance du système de récompense dans le comportement de reproduction chez les primates hominoïdes.

Comportement sexuel et système de récompense


D’une durée moyenne de 14 secondes, les rapports sexuels chez les bonobos sont nombreux : les bonobos engagent une activité sexuelle en moyenne une fois toutes les 90 minutes. La sexualité bonobo s’intègre très naturellement et spontanément dans la vie sociale, et sert des intérêts variés : apaisement des tensions et conflits au sein du groupe (par exemple en relation avec le partage de nourriture), signe d’affection, plaisir personnel.

Sexualité et plaisir sexuel chez les bonobos

« Desmond Morris soutenait que l’orgasme existait exclusivement chez les humains. Mais quiconque voit des femelles bonobos se livrer à une étreinte passionnée, appelée frottement génito-génital, aura du mal à le croire. Les femelles retroussent les lèvres dans un grand sourire, poussant des cris aigus et excités tandis qu’elles frottent leurs clitoris l’un contre l’autre avec ardeur. La masturbation représente aussi chez les femelles une activité courante qui n’aurait aucun sens si elles n’en tiraient aucun avantage. Les expériences en laboratoire nous ont appris que nous ne sommes pas la seule espèce où l’on relève chez les femelles une accélération des battements du cœur et des contractions rapides de l’utérus au point culminant des rapports sexuels. Les macaques répondent aux critères de l’orgasme humain définis par Masters et Johnson. Personne n’a jamais effectué d’étude analogue sur les bonobos, mais il ne fait guère de doute qu’ils réussiraient l’examen. »

Frottement génito-génital entre deux femelles (Sanctuaire Lola Ya Bonobo, Kinshasa, RDC - © Lola Ya Bonobo)

« Les bonobos ne copulent pas seulement dans les positions les plus variées, mais suivant toutes les combinaisons imaginables, démentant l’idée que les rapports sexuels visent uniquement à procréer. J’estime que les trois quarts de leur activité sexuelle n’ont rien à voir avec la reproduction, du moins pas directement : elle intervient fréquemment entre membres du même sexe ou pendant la phase non fertile du cycle sexuel d’une femelle. Il s’y ajoute de nombreuses activités érotiques totalement inutiles pour la reproduction, non seulement le baiser profond, mais la fellation et le massage des organes génitaux d’un autre, souvent observés entre mâles ».

« Nous lions en général l’activité sexuelle à la reproduction et au désir, mais chez le bonobo elle satisfait toutes sortes d’autres besoins. Le plaisir n’est pas obligatoirement le but en soi, et la reproduction ne constitue que l’une de ses fonctions ».

Rapport sexuel entre bonobos (Sanctuaire Lola Ya Bonobo, Kinshasa, RDC - © Lola Ya Bonobo).

La femelle (à gauche sur la photographie) atteint un orgasme la faisant crier de plaisir.

D’après : Frans de Waal, Le singe en nous, Fayard/Pluriel, 2011. Chapitre 3 : « Sexe : les Primates du Kama-Soutra ».